Télécharger les fiches verticalité :

- pour les parents de jeunes enfants

- pour les professionnels de l'enfance

- pour les professionnels de la gériatrie

- pour les ainés


Télécharger huit articles :

- construction de la verticalité

- la prévention des chutes du sujet âgé, un avenir pour les psychomotriciens

- construction du sentiment de sécurité chez le jeune enfant

- maintien du sentiment de sécurtité chez l'ainé

- debout

- réorganisation de la conscience corporelle lors du vieillissement

- principe du vivant - repères, cahier de la danse numéro 35

- intériorité


Quelle est l’origine du projet ?

La verticalité représente pour la plupart d'entre nous, ce qui "tient droit", "ce qui  est debout".

L'axe de notre redressement est notre colonne vertébrale. Aligné entre terre et ciel, notre dos est un axe de relation nous ouvrant aux autres dans toutes les directions de l'espace.

En se redressant le jeune enfant s'affirme en tant que sujet, à l'autre bout de la vie, la verticalité reste le moyen et l'expression de notre relation au monde, aux autres et à nous-même.

L'affirmation de soi et la confiance en soi passe par l'expérience de l'axialité, nous faisant percevoir la sensation d'être posé pour prendre place. La problématique de la chute et la prévention de l'entrée dans la grande dépendance doivent donc être envisagées, dans une dimension ontologique et non plus uniquement fonctionnelle.

L’idée, de proposer des actions de sensibilisation sur les conditions d’émergence de la marche et sur son maintien le plus longtemps possible, est née d’une demande de terrain émanant des milieux de la petite enfance.

À l’autre extrémité de la vie, lors d’un travail clinique poursuivi durant 12 années au Centre Hospitalier de Pau, auprès de personnes âgées nous avons pu constater que les patients âgés, consultant en psychomotricité pour des troubles de l’équilibre et de la chute, réactivaient les programmes moteurs inscrits dans leur petite enfance.

Quelle a été la finalité de cette action de santé publique ?

Ce projet a eu pour objectif de faire prendre conscience aux professionnels, aux familles des jeunes enfants et des personnes âgées, et aux personnes âgées elles-mêmes, de l’impact d’un juste rapport au sol tout au long de la vie. En effet, la solidité des appuis construit la sécurité de base qui nous permet d’interagir librement avec l’environnement le plus longtemps possible.

• Les parents et les professionnels de la petite enfance ont mesuré par ces actions combien il est essentiel de laisser l’enfant se mouvoir librement sur le sol le plus tôt possible, pour qu’il affirme de lui-même les ancrages de son équilibre en explorant l’espace (sans youpala ni chaussure à tige).

• À l’autre bout de la vie, ceux qui entourent les aînés ont réalisé l’importance du renforcement de la verticalité dans les moindres gestes du quotidien (toilette, transfert, marche…) et ont découvert à nouveau toute l'importance de conserver nos potentialités psychomotrices

Une bonne relation au sol prévient les risques de chute lors du vieillissement et diminue la peur du vide. Les gestes ajustés, adaptés des aidants, prenant en compte le rapport à la terre dans la mobilisation des personnes dépendantes renforceront la confiance en soi et l’affirmation de soi au-delà du maintien de l’équilibre.

L’originalité de ce projet transdisciplinaire et transgénérationnel réside dans le partenariat des différents acteurs de ces deux milieux : « parents - enfants – professionnels », ou « familles – personnes âgées – professionnels ». En effet, la mise en relation des différents acteurs lors des actions a aidé chaque partie à prendre conscience des conditions nécessaires à l’éveil psychomoteur de la verticalité et à son maintien en fin de vie.

Quel a été contenu des actions engagées ?

DANS LE MILIEU DES CRÈCHES

Les rencontres proposées ont réuni pendant deux heures les professionnels de la petite enfance et les professionnels de l’association lors d’activité d’éveil psychomoteur dans 15 lieux de garde. C'est l'observation des jeunes enfants dans leurs déplacements, postures, contacts au sol… qui a permis de sensibiliser les adultes présents aux conditions d’émergence de la verticalité. À la suite de cette première intervention pratique, une séance d'information de deux heures a été proposée aux parents et aux professionnels des crèches ou relais d’assistantes maternelles.

Ces échanges ont mis en évidence :

• L’importance du chaussage souple pour offrir de bons appuis au sol

• La nécessité de laisser très tôt les enfants évoluer sur le sol le plus souvent possible

• Les méfaits du youpala et du maintien prolongé dans les maxi-cosy

• L’impact du portage des bébés qui offrent à la fois un sentiment de sécurité à celui-ci.

DANS LE MILIEU GÉRIATRIQUE

Les réunions se sont faite durant trois heures dans 14 établissements. Elles ont permis la rencontre dans une unité de lieux, des personnes âgées, des familles et des professionnels. Ces rencontres ont offert :

- Des exercices pratiques ont accompagné l’exposé; ils viseront la prévention des chutes et mettront en évidence l’implication des schèmes de développement psychomoteur dans les gestes ajustés et adaptés du quotidien.

- Un exposé par vidéo-projection renforcera la prise de conscience de l’expérience corporelle et permettra d'explorer et découvrir le processus de verticalisation.

- Un échange aura lieu entre les aînés, les professionnels de terrain et les professionnels de l’association.

 

Les objectifs opérationnels

INFORMER ENSEMBLE familles et professionnels sur les risques d'anticiper les étapes du développement psychomoteur et l'importance de maintenir les acquisitions  de l’équilibre et de la marche lors du vieillissement

PRÉVENIR les retards dans l'acquisition et les troubles psychomoteurs chez les jeunes enfants,  éviter les chutes et les conséquences associées au syndrome post-chute (première cause d’entrée en institution gériatrique)

VALORISER le travail préventif mené par les professionnels de la petite enfance et les personnes qui accompagnent les personnes âgées que ce soit  à domicile, en réseau de prévention  ou en institution

ÉVALUER sur 30 sites (petite enfance et personnes âgées) les besoins en prévention psychomotrice

Quelles ont été les personnes impliquées ?

La psychomotricité repose dans son principe d’action sur un ordre holarchique impliquant chaque partenaire à partir du rôle qu’il occupe dans l’accompagnement des personnes âgées et des jeunes enfants.

 

Du côté des institutions 1600 personnes ont été rencontrées

- LES RESPONSABLES des 30 ÉTABLISSEMENTS ont été les premiers informés de cette action au cours d'un rendez-vous leur présentant les raisons de ce projet et les modalités d’actions.

- LES MÉDECINS PÉDIATRES ET LES GÉRIATRES ET PRATICIENS DU RÉSEAU GÉRONTOLOGIQUE déjà très sensibilisés aux problèmes associés à la chute auront un retour de ces actions de sensibilisation.

- Les cadres de santé ayant un rôle de coordonnateurs des actions de soin, dont le but est de respecter au mieux l’autonomie et l’indépendance des personnes accueillies dans les milieux gériatriques. Ils ont été rencontrés lors du rendez-vous pris avec le directeur d’établissement.

- Les puéricultrices et éducatrices de jeunes enfants, pilotant les projets pédagogiques ainsi que les auxiliaires de puériculture et assistantes maternelles ont été associées aux interventions.

- LES SOIGNANTS ont participé directement à ces actions et seront pour cela détachés de leurs tâches habituelles durant la rencontre pour se rendre disponibles à cet échange.

- Les parents de jeunes enfants concernés seront informés des moyens mis en place et des fondements de la construction de la marche. LES FAMILLES des personnes âgées seront invitées à participer à ces rendez-vous pour les rendre acteurs du maintien de l’autonomie de leurs parents âgés en connaissant les gestes utiles lors des mobilisations de ceux-ci.

- Les jeunes enfants ont participé à un atelier de psychomotricité sur le thème des appuis.

- LES PERSONNES ÂGÉES encouragées à mettre en pratique les conseils apportés devant leurs témoins privilégiés. Ce double regard a permis de reconnaître leur compétence.

 

Du côté de l’association

- LES MEMBRES DU Conseil d’Administration ont participé à distance à l’information et à l’évaluation de cette démarche. 

- Un groupe transdisciplinaire d’adhérents de l’association (17), professionnels (médecins, infirmières, puéricultrices, danseuse, éducatrice de jeunes enfants, animatrice…) superviseront les outils employés, ont été présents aux interventions de terrain (photos, prise de notes, observation…) et ont participé à la création des questionnaires des outils d’observation et à la réalisation des fiches de verticalité.

Du côté des "experts"

Hélène Trocmé-Fabre chercheur en sciences de l’éducation et l’équipe médicale du centre Jean Vignalou du Centre Hospitalier de Pau valideront l’analyse des résultats et à l’évaluation finale.

Quelles étapes pour quelles modalités d’intervention mises en œuvre ?

• 1ère étape : Information et constitution d’un partenariat

Menée avec les responsables d’établissement d’accueil de jeunes enfants et de personnes âgées.

• 2e étape : Actions de sensibilisation sur le terrain

• Questionnaire en amont de l’intervention aux aînés, parents et professionnels des deux milieux (thèmes abordés : Activité psychomotrice spontanée, relation au poids, rapport au sol, exploration de l’environnement, valorisation de l’indépendance, position de repos pendant le sommeil, Connaissance de la psychomotricité) Les représentations seront interrogées à propos de la sensation de sécurité de base et du mot "verticalité".

• Un atelier de pratique corporelle sera a été proposé aux jeunes enfants. Il sera suivi d’une conférence avec vidéo – projection, incluant les photos des enfants, et proposée aux personnes âgées, aux familles et aux professionnels. La conférence en milieu gériatrique intégrera des exercices pratiques proposés aux aînés.

• Évaluation en aval de l’action a mesuré le changement de regard sur la problématique concernant le rôle de la verticalité et sur le regard porté sur la dépendance des aînés.

3e étape : l’évaluation et la communication aux différents partenaires

Méthodes d'intervention recherche action-participative transdisciplinaire et transgénérationnelle

Approche quantitative :  évaluation des habitudes psychomotrices, des  valeurs éducatives dans le domaine du développement psychomoteur du jeune enfant et de la prévention de la dépendance dans le vieillissement. Évaluation du nombre de professionnels informés et formés aux conditions d'émergence et de renforcement des potentialités psychomotrices

Travail sur les représentations en amont auprès des familles, professionnels et aînés et recueil de ce qui  aide et ce qui freine la sensation de sécurité renforçant l'autonomie et l'indépendance tout u long de la vie.

Évaluation

DES PROCESSUS

- La pertinence du thème abordé le caractère trans-générationnel du sujet, la prise en compte du processus de transformation à l’œuvre tout au long de la vie

- L'efficience des modalités de transmission (fiches conseils, Power Point, intervention simultanée aux professionnels et aux aînés, la durée, l'organisation…)

DES RÉSULTATS

Les effets obtenus auprès des professionnels, des familles, des aînés. Quels nouveaux liens se sont tissés entre ces quatre groupes à la suite des interventions sur site. Quel est l'impact des fiches conseils remises

À la fin de ces actions, une synthèse des observations réalisées au cours de ce parcours sera communiquée au public, aux professionnels et aux différents partenaires, afin de réfléchir ensemble aux prolongements possibles de cette démarche de sensibilisation.